Lettre ouverte aux abstentionnistes et aux utopistes

Bonjour à tous – je vais faire un aparté vis avis du SEO sur le muscle pour une fois. Il y a 10 minutes de cela je suis tombé sur ce post sur le mur Facebook d’un ami. Et c’est un texte que je trouve très juste je me permets donc de le diffuser en espérant qu’ils fera réfléchir.

« Beaucoup parmi vous, mes amis, écrivez depuis hier que vous allez vous abstenir au second tour. Vous exprimez votre dégoût, votre lassitude, votre déception suite à la défaite de la gauche – ou plutôt des gauches – au premier tour, et ces sentiments je les comprends. Ce n’est pas comme si j’étais sorti de ce premier tour enthousiaste ou rassuré. La suite de vos raisonnements – j’emploie le pluriel parce que les raisonnements varient selon les personnes – la suite, très franchement, je ne la comprends pas. Je ne la comprends pas parce que je pense qu’on partage les mêmes valeurs. On peut les retrouver dans la devise de la République, on peut les résumer autrement, mais fondamentalement on partage un idéal qui, s’il n’est peut-être pas forcément identique, est en tous les cas extrêmement proches, et convergent : un idéal d’ouverture, de solidarité, de progrès social, de respect de l’altérité, d’empathie, d’égalité des chances.

Je n’ai pas besoin de rappeler que le Front National prône l’inverse, vous le savez très bien, on le sait parce que, ensemble, depuis notre adolescence, on a insulté ses dirigeants, ri de leurs échecs, de leur corruption et de leur bêtise, manifesté contre, arraché leurs affiches, critiqué le bilan de leur action terriblement destructrice au niveau local, combattu leurs idéaux immondes par les mots et par les actes. Je sais que vous n’avez aucune intention de baisser les bras face à la peste brune. Je le sais parce que sinon, on ne serait probablement pas amis.

Or, dans le combat face à cette plaie, le vote ce n’est pas la seule arme, mais c’est une arme irremplaçable. Ça reste la seule qui ouvre la voie légitime au pouvoir, où les idées – bonnes ou néfastes – deviennent réalité, et façonnent les institutions et la société, dans un sens ou un autre. Ne pas s’emparer de cette arme, qu’on l’admette ou non, c’est laisser un boulevard à d’autres.
J’entends tout à fait le goût terriblement amer qu’a laissée l’expérience de 2002, l’impression d’avoir cautionné une politique qui n’était pas la nôtre. Je comprends qu’on rejette Macron et ce qu’il représente. Personnellement il ne m’inspire aucune sympathie, je le trouve fade, artificiel, pour tout dire mauvais – même si je me méfie aussi des fantasmes qui l’entourent. Mais en adoptant cette vision, rejetant dos à dos l’extrême droite et l’ultra-libéralisme, je pense qu’on se trompe de combat.

Là encore, ce qui se joue au second tour, ce sont nos valeurs. On peut abhorrer Macron et son programme, mais penser qu’il est autant un danger pour nous que Le Pen, penser que sa politique serait aussi destructrice pour nous et pour nos idéaux que celle de Marine Le Pen, je trouve que c’est se méprendre sur l’enjeu. Celui-ci est plus simple, plus puissant et plus profond: s’efforcer de maintenir un système démocratique ou laisser un parti qui fondamentalement antidémocratique accéder au pouvoir.

Car oui, il y a un risque que Le Pen gagne le second tour et accède au pouvoir. On ne sait pas comment se feront les reports de voix. Quelles voix, d’ailleurs ? Celles de Fillon, qui a plus que jamais mené campagne sur les terres du FN – faut-il s’attendre à un ralliement à Macron, présenté comme un pantin gauchiste ? Celles de Dupont-Aignan ? Celles de Mélenchon, infoutu de prendre position en son nom propre face à un parti fasciste ? Croire qu’on est à l’abri d’une victoire du FN serait orgueilleux, et ce serait surtout omettre que d’autres sont passés par là. La démocratie, on peut en sortir, y compris par la démocratie. Qui peut me garantir qu’un scénario à la Trump ne serait pas possible chez nous ? Un candidat populiste, conservateur, raciste, menteur, manipulateur, dangereux, face à un candidat du système, le candidat des élites, le candidat bien-pensant, libéral politiquement et économiquement ? ça ne vous rappelle rien ? Vous voulez demander aux abstentionnistes de l’élection présidentielle américaine si, avec le recul, ils assument leur choix ? Tout ce que je lis m’indique qu’on est prêts – sans doute pour des raisons éminemment défendables – à commettre le même péché d’orgueil.

Personnellement, je ne suis pas prêt à assumer ce risque. Les mesures liberticides, la banalisation et l’institutionnalisation du racisme et des discriminations, la mise à l’écart de franges entières de la population, la régression catastrophique aux niveaux social, culturel, économique ? Vous avez des doutes sur la pérennité de nos idéaux sous Macron ? En laissant le champ libre à Marine Le Pen ce n’est pas des doutes que l’on a, mais des certitudes. La certitude d’une société plus injuste, plus brutale, abominable, d’une négation de ce que nous sommes et de ce en quoi nous avons cru – et, je l’espère, en quoi nous croyons encore.

Voter ce n’est pas cautionner tout ce qui suivra, ça ne l’a jamais été, et ça ne nous lie ni à un “mouvement” ni à un homme. Mais c’est une première étape, nécessaire, pour continuer à incarner nos idéaux au lieu de prendre le risque fou de les voir réduits à néant parce qu’on les pensait, à tort, invincibles. »

8 thoughts on “Lettre ouverte aux abstentionnistes et aux utopistes”

  1. Le problème c’est qu’en votant FN, ce n’est pas notre vision des choses. Mais Macron ne la représente pas plus. Diaboliser le FN a toujours été une stratégie des parties pour s’assurer la victoire.
    Alors que, contrairement aux USA, si Le Pen passe, elle peut encore être contrée aux législatives. Une assemblée contre elle l’empêchera de passer ses lois. A choisir, je préfère donner ma voix lors des législatives que voter maintenant pour un pantin que je ne veux pas plus que Marine.

  2. Tu te dédouanes de laisser passer en Lepen en affirmant que tu es certain qu’aux législatives, ton candidat sera parfait clean et fera progresser le pays avec des tas d’autres députés clean et super géniaux. Euh comment dire …

  3. @Stephane
    Elle peut être contrée aux législatives ? tu devrais justement regarder plus du cote des USA et voir a quel point les mecs de droite vote pour le partie avant la patrie. Les mecs de droites aux législatives ils vont voter à droite. Ensuite elle peut jouer du 49.3 pour faire passer nombre de lois avant de se faire destituer par une motion de censure (si un jour cela devait arriver) – en plus excuses moi mais quel taux d’abstention y aura-t-il (pour le coup) aux législatives ? A noter aussi que les premiers « élus » FN historiquement l’ont été aux législatives…

    @Gyom
    La juste NON – avancer un argument de ce type juste NON.

    1 – Le post je relaie ne viens pas de qqn qui n’a pas voté pour Macron (loin de la) donc le principe même de l’article que tu m’envoie est faux. Tout du moins pour ce poste. Mon ami a tenté de prendre un point de vu « non partisan » l’article que tu m’envoie lui l’est.

    2 – Quand l’article dit : « Peut-être n’êtes-vous pas convaincus ? La corrélation entre néolibéralisme et fascisme vous échappe ? C’est parce que vous vivez dans un monde imaginaire, au sens propre » – Perso je partage les idées de mon ami – Et je vis au Canada – ce que l’article appelle Néo-Libéralisme moi j’appelle cela la vie de tous les jours. Et entre nous il y a moins de racisme au Canada qu’en France.

    Note: Ne commence pas a argumenter sur le fait que je ne sois pas concerné parce que je vis au Canada – ma famille vis en France et mes enfants sont francais – meme en tant qu’expat je suis tres concerné par les choix politiques de la France directement et indirectement.

    3 – Ce que les mélenchoniste font en disant que voter Macron renforce le FN, c’est une politique de terre brulée. On ne veut pas que le FN soit Elu en 2022 alors on va tout faire pour qu’ils arrivent au pouvoir en 2017! Personellement je trouve que ce raisonnement ne tient pas debout.

    Dans ton article on peut voir en filigrane le coté partisan, le coté extrême, celui qui voudrait que Le Pen passe en 2017 pour possiblement créer un choc qui enverrait Mélenchon au pouvoir en 2022. Le post de mon ami n’est lui pas partisan, il n’est pas stratégique – il est idéologique, il est au-dessus de ces intérêts – au passage je te conseille aussi la lecture du contre argument de ton article http://www.slate.fr/story/144469/danger-fn-abstention

    @john
    Idem

  4. Note : Ça ne m’était pas venu à l’idée d’argumenter sur le fait que tu ne vis pas en France, j’essaye d’avancer des arguments un poil moins basique que ça. Du coup je vais peut être tartiner un peu.

    Je pense qu’on a pas du tout lu l’article de la même façon. Je ne vois à aucun moment le coté qui voudrai que Le Pen passe en 2017. Le ton est vindicatif et on sent que l’auteur est en colère, mais de là à dire que l’auteur et les mélenchonistes souhaitent l’arrivée de Le Pen en 2017 c’est tourner le dos au sens de l’article. Pour moi il n’est pas non plus partisan mais idéologique, et forcément pour les élections cette idéologie s’incarne dans une personne.

    Sur le fond, je comprends le raisonnement de ton ami et toi, je le partageai encore il y a quelques années (voir quelques mois). Vous pensez qu’on maintiendra indéfiniment l’extrême droite loin du pouvoir en pratiquant la politique du moins pire, mais au final, on voit le résultat de cette politique libérale à fond, qui sert de terreau au FN. Tu as peut-être la chance (et moi aussi) d’évoluer dans un secteur économique particulièrement dynamique, ou tu trouves du boulot relativement facilement mais je pense que la vie néolibérale de tous les jours d’un ouvrier, un employé, ou n’importe quelle personne évoluant en bas de l’échelle d’un secteur économique industriel qui se porte mal à cause du néolibéralisme est beaucoup moins fun.

    Le néolibéralisme, ce n’est pas la vie de tous les jours, c’est une suite de décision politiques fondés sur des théories économiques dont les effets inégalitaires sont démontrés depuis longtemps par des économistes hétérodoxes, et même par ceux qui l’encensaient encore récemment (dont le FMI : http://www.latribune.fr/economie/international/quand-le-fmi-critique-le-neoliberalisme-574748.html).
    Ce n’est peut-être pas le cas au Canada, mais en France c’est bien le néolibéralisme, en creusant les inégalités et en paupérisant une partie de la population toujours plus grande, qui fait le jeu du FN, et depuis longtemps. La pauvreté et des boucs émissaire présentés par les politiques et les médias, ça donne un climat raciste dont se nourri le nationalisme et les partis fascistes, ça ne date pas d’hier.

    Je ne souhaite pas du tout l’arrivée du FN au pouvoir, et je ne pense pas m’avancer en disant que c’est le cas de la très grande majorité de ceux qui ont voté Mélenchon. Dire que les mélenchonistes vont tout faire pour qu’elle passe en 2017 ce n’est pas ça qui est un poil extrême ?

    Le principe actuel de chaque second tour « c’est moi ou le chaos » perso j’appelle ça du chantage, j’y ai cédé aux deux dernières élections, et à chaque premier tour j’ai fait le vote le plus opposé possible au FN, en votant pour le seul parti ayant un minimum de chance d’être élu qui proposait de vraiment combattre le FN plutôt que d’essayer d’y racler quelques voix. Je peux comprendre ceux qui y cèdent encore, comme le l’ai fait, mais de mon côté c’est terminé. S’il y en a qui veulent me faire porter, à moi et aux autres mélenchonistes abstentionnistes, le chapeau en cas de victoire du FN, et ben je les invite à relire l’article cité plus haut.

    Accessoirement, si elle devait absolument arriver au pouvoir, je préfère que ça soit avec 70 % d’abstention, et 20 % de votes pour elle au second tour, histoire de la délégitimiser au maximum plutôt qu’elle soit élue avec 30 ou 40 % des voies et une abstention plus faible ( ce qui selon moi risque d’arriver si le néolibéralisme continue), ce qui ne ferai que lui donner plus de légitimité et augmenterai la possibilité qu’elle ai une majorité.

  5. Ah le fameux front républicain qui se réveille.

    Et dire que l’élimination de la gauche aurait pu être éviter par une alliance des gauche, et plus particulièrement Hamon+Mélenchon. Sérieusement, ils ne sont pas foutus de faire une alliance AVANT le premier tour, et ensuite ils nous disent tous, on a perdu, mais faisons une alliance encore plus large pour battre le front national ?

    Mélenchon a agi comme un dictateur. Il a préférer perdre seul plutôt que gagner à plusieurs.

    Pour ceux qui connaissent l’histoire de France, le programme du FN correspond globalement au programme du RPR des années 70. Donc non, ce n’est pas un programme fasciste et c’est de la démagogie d’avancer cet argument. Ah moins d’affirmer que la France des années 70 était fasciste, mais alors là le débat va s’enflammer …

    Note : Je ne soutiens aucun parti, et je fais partie des abstentionniste.

  6. @3ul3r
    Le “programme” de Marine Lepen te fais penser au programme du RPR dans les années 70 – c’est pas fasciste soit mais… ca reste un retour en arriere de 47 ans et entre nous il y a aussi pas mal de racisme dans le programme.

    Et peut etre que le souci vient de la – Marine a su “polir” l’image du FN – reste qu’il est ce qu’il est et que ce n’est – ai-je besoin de lier un enieme article sur les fondateurs du FN et de leurs liens avec les nazi, l’OAS etc… Ai-je besoin de revenir sur qui soutien le parti et sur les casseroles qu’ils trainent? quoi qu’il en soit ce n’est pas du “programme” qu’il faut avoir peur (quoi que economiquement c’est la mort dela France mais passons). Non ce dont il faut (vraiment) avoir peur c’est la banalisation du racisme “ordinaire”. UN FN au pouvoir c’est le réveil d’un racisme décomplexé, ca va etre la montée des crimes racistes et homophobes comme on a pu voir aux UK ou encore aux US. c’est ca le vrai danger.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *